Navegación – Mapa del sitio
DOSSIER : "RATIONALITÉ PRATIQUE ET MOTIVATION MORALE"

Présentation : rationalité pratique et motivation morale dans les éthiques de la vertu

Olivier D’JERANIAN y Yoann MALINGE
p. 137-140

Texto completo

1Les structures du jugement, et en particulier la motivation de l’action, ne sont pas indépendantes de la doctrine morale de l’agent. Selon que l’on soutient une éthique des vertus ou une éthique « existentielle » ― voire, de l’« authenticité » ―, les formes du jugement pratique et le rôle des raisons morales apparaissent comme différents. Mais dans les deux cas, la rectitude de l’action n’est pas simplement liée à la conformité de l’agir à une prémisse normative universelle ou à un principe de maximisation du bien par agrégation, mais bien à une « façon d’être » de l’agent.

2Une de ces conceptions présuppose comme motivation un « souci » de l’agent pour lui-même, une relation auto-constitutive à lui-même et à sa vie. Dans l’éthique des vertus, le problème de la rationalité morale et donc du jugement est en rapport avec les données de la situation particulière et de la « facticité » de l’agent. Dans l’éthique existentielle ou « de l’authenticité », on retrouve le problème toujours plus complexe du jugement moral, dans la mesure où la décision « authentique » prétend se passer d’une référence à des prémisses universelles.

3Le thème de la motivation aura ainsi pu susciter la question des « motifs moraux » des agents dans chaque type d’éthique, ou encore, de la définition de l’acrasie dans des philosophies volontaristes, qui donnent à la responsabilité un champ maximal.

4Durant deux ans, un projet unissant deux universités, l’une française et l’autre portugaise, a cherché à construire le problème de la dépendance de la motivation pratique et de la doctrine morale. Côté français, il s’agit du centre de Philosophies Contemporaines de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, qui a rassemblé des spécialistes de philosophie morale, de la philosophie antique et de la philosophie contemporaine. Côté portugais, il s’agit de l’Instituto de Filosofia Pratica de l’Universidade da Beira Interior, l’un des rares centres de philosophie en Europe qui soit vraiment spécialisé en philosophie pratique.

5Entre 2014 et 2015, plusieurs ateliers de recherche ont été menés en commun à Paris et à Covilha. Les deux unités de recherche ont ainsi révélé leur complémentarité. L’Instituto de Filosofia Pratica travaille particulièrement sur l’éthique existentielle et sur l’aristotélisme dans la philosophie pratique, tandis que le centre Philosophies Contemporaines à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne conduit un programme de recherche sur les valeurs éthiques et esthétiques ainsi que sur les normes juridiques et morales, en conjuguant les approches analytiques et l’histoire de la philosophie. Toutes deux sont convaincues de l’intérêt d’un dialogue entre philosophie contemporaine et histoire de la philosophie. Ce projet, intitulé « rationalité pratique, jugement et motivation morale », a pu recevoir le soutien du programme PHC Pessoa (308448UF).

6Ce numéro de Philonsorbonne accueille les premiers résultats de ces recherches, qui s’intéressent en particulier à l’éthique des vertus (même si ce label doit être employé avec précaution), telle qu’elle se trouve notamment développée par Aristote et les Stoïciens.

7Dans un premier article, Pierre-Marie Morel, professeur d’histoire de la philosophie ancienne à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, interroge le rapport entre vertu éthique et décision chez Aristote, à travers l’expression « hexis proairetikê ». Si cette expression constitue à elle seule un condensé de l’éthique aristotélicienne, celle-ci pouvant être comprise à la fois comme éthique des vertus dans leur dimension dispositionnelle et comme conduite rationnelle orientée vers l’action (la proairesis est l’effet pratique de la bouleusis, délibération), elle reflète également la tension entre une lecture intellectualiste de l’éthique d’Aristote et les interprétations opposées.

8Pour Pierre-Marie Morel, le sens de la formule varie considérablement, selon la manière dont on comprend hexis, entre les deux extrêmes d’une acception purement passive (état) et d’une compréhension forte, qui conçoit l’hexis non seulement comme une aptitude acquise (habitude) mais encore comme une tendance ou une inclination. L’auteur examine les interprétations possibles de l’expression dans son contexte d’énonciation, en montrant que la traduction forte (tendance, inclination) présente l’avantage de mieux rendre compte de la dynamique interne de l’action morale : celle-ci résulte d’une orientation positive du désir raisonnable (boulêsis) de l’agent vers le bien. Mais il faut, selon lui, noter une autre conséquence : si l’on tient compte du fait que la proairesis est un désir intellectif ou une intellection désirante, on doit admettre que la vertu éthique est intrinsèquement orientée vers l’exercice de la rationalité pratique.

9Raison et désir apparaissent de ce point de vue comme inextricablement liés. Ainsi, l’insistance sur la dimension désirante de la disposition morale conduit en fait à concevoir cette dernière comme un principe déjà rationnel (non pas au sens où elle serait en elle-même une opération de calcul des moyens, mais au sens où elle représente le bien d’une manière qui permet un tel calcul). Ce qui peut passer pour un paradoxe traduit en réalité l’unité et la cohérence de la théorie aristotélicienne de l’action morale, au-delà du clivage traditionnel entre la lecture intellectualiste et ses opposées.

10Dans un second article, Laurent Jaffro, professeur de philosophie morale à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, s’interroge sur la phronêsis d’Aristote : est-ce un sens moral ? À partir d’une analogie avec les sens externes, il s’agit de savoir si le jugement moral est de même nature qu’une expérience perceptive. Cette thèse soutenue par des commentateurs, et qui est très présente dans les reprises de la pensée aristotélicienne dans la théorie morale contemporaine, est rejetée par l’auteur de l’article. En distinguant conceptuellement le vertueux du prudent, il montre que le discernement correct dont est capable le vertueux n’est pas intellectuel (au sens étroit). C’est la qualité morale de l’agent qui conditionne sa capacité à ne pas se tromper sur ce qu’il est bien de faire. C’est son désir, convenablement disposé, qui permet au phronimos de voir le bien. A contrario, une forme importante d’erreur cognitive dans l’appréhension du bien est due à la qualité morale de l’agent et non à un défaut d’intelligence pratique.

11Contre la perspective classique de Pierre Aubenque, Laurent Jaffro soutient ainsi que le prudent n’est pas le fondement de toute valeur, mais, en tant qu’il est aussi moralement vertueux, le détecteur de toute valeur : il voit juste. Cette discussion des interprétations d’Aristote permet à Laurent Jaffro de critiquer les lectures « sensibilistes » de la conception du jugement moral. Il suggère que l’inscription dans l’ensemble de la délibération, plutôt qu’une analogie avec la sensation, rend mieux compte du jugement du phronimos.

12Olivier D’Jeranian s’intéresse quant à lui à l’éthique stoïcienne, dont il rappelle qu’elle implique un monisme psychologique rompant avec les conceptions classiques de l’âme (notamment platonicienne et aristotélicienne), les stoïciens considérant celle-ci comme intégralement rationnelle. À l’opposé d’Aristote, ces derniers rendirent compte des émotions et des passions au seul moyen de composants dogmatiques validés par l’assentiment. Mais les célèbres résultats de l’intellectualisme stoïcien sur le phénomène pathologique, irrationnel et excessif, occultent ceux de la faiblesse morale, qui montrent que le stoïcisme n’est pas un intellectualisme de type socratique. Si les « faibles » sont tels en raison d’une infirmité cognitive et non d’une irrationalité pratique, les stoïciens doivent être mis au défi de justifier leur responsabilité.

13Pour exposer leur réponse, Olivier D’Jeranian part de la thèse d’Épictète selon laquelle toute action est nécessairement relative au mobile particulier apparaissant à l’agent (le phainomenon). Le phainomenon est à la fois une détermination psychologique de l’action et une activité libre de l’agent, un dogma (opinion) qui implique une reprise active, dans le jeu interprétatif, de la phantasia (représentation). Ce point donne à comprendre que la faiblesse morale est essentiellement une faiblesse cognitive, et explique pourquoi la phantasia devient, avec Épictète et Marc Aurèle, l’enjeu de l’attention philosophique.

14Contre Socrate, Épictète suggère que le faible a consenti à agir ; contre Aristote, il dit qu’il ne l’a pas fait « dans l’ignorance », c’est-à-dire, en connaissance de cause. Déterminé à agir par l’état cognitif de son âme, c’est-à-dire par l’opinion qu’il détient, le faible a placé librement son bien dans ce qui ne dépend pas de lui : il s’est « aliéné » au sens propre du terme, ignorant la distinction critique qui inaugure le Manuel. Cela suppose pour la responsabilité une extension maximale, mais pose en retour aux stoïciens le problème de la distinction entre deux types de faiblesses, incarnées par Médée et Ménélas, opposées à une conception unique de la sagesse : l’absence de contrôle (dans la violence), et l’absence de motivation (dans la mollesse). C’est à partir d’une lecture critique de Galien, qui fait, à tort selon l’auteur, de l’atonia la cause physique de la faiblesse du jugement (en prenant l’effet pour la cause), qu’on comprendra au mieux la réponse stoïcienne.

Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia en papel

Olivier D’JERANIAN y Yoann MALINGE, « Présentation : rationalité pratique et motivation morale dans les éthiques de la vertu », Philonsorbonne, 11 | -1, 137-140.

Referencia electrónica

Olivier D’JERANIAN y Yoann MALINGE, « Présentation : rationalité pratique et motivation morale dans les éthiques de la vertu », Philonsorbonne [En línea], 11 | 2017, Publicado el 06 enero 2017, consultado el 29 mayo 2017. URL : http://philonsorbonne.revues.org/888

Inicio de página

Autores

Olivier D’JERANIAN

Artículos del mismo autor

Yoann MALINGE

Inicio de página

Derechos de autor

© Tous droits réservés

Inicio de página
  • Logo Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
  • Les cahiers de Revues.org